Suite aux mesures prises pour lutter contre la Covid-19, les cours sont uniquement disponibles en visionnage sur notre plate-forme de cours. Nous n'assurons aucun cours à Paris.


Présentation du cours :


Le Dharma du Bouddha s’il vise l’inconditionné, l’au-delà des formes, le fait dans des formes conditionnées par une culture spécifique, ce qui donne lieu à des langages spécifiques, à des rituels et à de nombreuses productions artistiques. C’est ce dernier point qui sera l’objet de notre interrogation. Cet assemblage culturellement informé de sensations qu’est l’œuvre d’art peut-il traduire le Dharma ? Comment l’art peut-il se faire langage de l’indicible ?    

Cette série de cours et d’entretiens nous permettra de répondre à cette question sous des angles variés : Comment l’attention au regard peut-elle être un accès à l’absolu ? Les notions clefs du Dharma peuvent-elles être le fondement même d’une musique ? D’une musique contemporaine ? Le rituel tantrique serait-il l’œuvre d’art totale tibétaine ? De quels secrets artistiques et spirituels les artisans newars sont-ils les dépositaires ? Ce cycle se conclura in situ et de visu par une visite guidée du musée Guimet.

Choisissez votre plan de paiement :

Les enseignants :



Damien Brohon, étudie et pratique selon la tradition du Dzogchen (nyingmapa et bön) depuis trente ans. Il a complété cette approche traditionnelle en suivant des cours et des séminaires dans un cadre universitaire à l’INALCO, l’EPHE et le Collège International de Philosophie. Il donne régulièrement des cours sur le Bouddhisme dans des institutions telles que l’Institut Khyentsé Wangpo.

Professeur agrégé d’Arts Plastiques, il enseigne au lycée l’Histoire des Arts et les Arts Plastiques. Il s’intéresse à la dimension artistique du Dharma et à sa rencontre avec la modernité artistique occidentale. Il a donné depuis une dizaine d’années des conférences sur ce sujet dans divers cadres (Biennale d’Art Sacré Actuel de Lyon, Centre Culturel Bouddhiste Rennais ou Musée d’Art moderne de Nice).

Blog : lemontduretour.blogspot.com

Philippe Cornu, président de l’IEB, a étudié le bouddhisme sous la direction de maîtres du bouddhisme tibétain, nyingma et bönpo. Docteur en ethnologie religieuse, ancien chargé de cours à l’INALCO et professeur à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve (UCLouvain, Belgique) en bouddhisme, hindouisme et histoire des religions, il a publié des traductions de textes fondamentaux du bouddhisme : Longchenpa, La liberté naturelle de l'esprit (Seuil, Points Sagesse, 1993), Padmasambhava, Le Livre des morts tibétains (Buchet-Chastel 2009 et Pocket), le Soûtra du Diamant (Fayard, coll. Trésors du bouddhisme, 2001), Vasubandhu, Cinq traités sur l'Esprit Seul (Fayard, 2006). Il est aussi l'auteur du Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme (Seuil, 2001-2006), de l'essai Le bouddhisme, une philosophie du bonheur? (Seuil, 2013) et du Manuel de bouddhisme en 3 tomes (rangdröl, 2019). Il a aussi publié une Introduction à l'histoire des religions (rangdröl, 2016), ces deux derniers ouvrages étant en auto-édition. 

Mikhaïl Malt est musicien, compositeur et chercheur à l’Ircam (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique à Paris).